charset="UTF-8"> Un petit lionceau est tombé dans un ravin et a glissé de bas en bas

Un petit lionceau est tombé dans un ravin et a glissé de bas en bas

Le photographe animalier français Jean-François Largo a réussi à capturer des images uniques de la vie d’une troupe de lions. On parle de l’instinct parental du roi des bêtes sur Lemurov.net. Que sait-on de la vie d’un étonnant prédateur africain, outre le fait qu’il a souvent été choisi comme symbole héraldique ?

Jusqu’à présent, il est représenté sur les emblèmes de plusieurs puissances européennes – la Bulgarie, les Pays-Bas, la Finlande et la Norvège. Dans la nature, tout est soumis à la survie et à l’adaptation de l’espèce, et les scientifiques connaissent depuis longtemps les dures « chartes » des lions.

La fierté des lions se compose de femmes apparentées, de leur progéniture et, en fait, du propriétaire de la fierté, le mâle. La crinière de lion complique quelque peu la chasse au lion, contribue à la surchauffe du corps, donc, dans la famille, il remplit la fonction de chef et de protecteur.

Ses femmes reçoivent de la nourriture pour la fierté, elles s’occupent également des petits. Les mâles vivent rarement jusqu’à dix ans, se battant régulièrement pour leur territoire avec des concurrents. Et parmi la progéniture, seul un cinquième survit, car le mâle qui a remporté le combat pour la fierté, extermine la progéniture de son prédécesseur vaincu.

Mais il existe encore des cas qui caractérisent ces puissants prédateurs comme des parents aimants, capables de se sacrifier tout autant que les gens. L’une de ces histoires s’est déroulée dans les étendues du parc national du Kenya. 

Le lionceau a été victime de sa curiosité et est tombé dans un fossé profond. Il n’était pas assez fort pour escalader le mur d’argile à pic. Accroché avec des griffes, il glissa lentement et inévitablement jusqu’à une profondeur de plusieurs mètres. Les appels désespérés du chaton ont été immédiatement entendus par plusieurs de ses parents adultes.

Trois lionnes et deux jeunes lions ont même commencé à descendre vers le bébé pour l’aider, mais le sol mou s’est effondré sous leurs corps lourds. Quatre des animaux ont abandonné cette idée et sont retournés sur un sol solide, et une seule femelle a continué sans crainte à descendre vers le petit effrayé.

Il semble que ce soit la mère du bébé, car comment expliquer autrement sa volonté de se risquer ?

Heureusement, la force et la souplesse de la lionne lui ont permis d’intercepter l’enfant à mi-chemin et de remonter. On ne sait pas si la mère a fait la « suggestion » sans entendre, mais elle l’a léché pendant longtemps – soit pour le réconforter, soit pour le laver.

 

Like this post? Please share to your friends: