charset="UTF-8"> Un volontaire de Bakhmut a été évacué avec 24 chats et deux chiens. Le plus dur est de trouver une nouvelle maison

Un volontaire de Bakhmut a été évacué avec 24 chats et deux chiens. Le plus dur est de trouver une nouvelle maison

La volontaire Victoria Chernetskaya a réussi à sortir 24 de ses chats et deux chiens du bombardement de Bakhmut. Viktoria avait déjà fui Gorlovka en 2014 pour échapper aux hostilités, malheureusement maintenant elle devait perdre sa maison pour la deuxième fois. Désormais, les animaux et le volontaire sont en sécurité et installés dans la région de Kyiv.

Lorsqu’elle a fui Gorlovka, détruite par la Russie, en 2014, elle s’est rendue à Kyiv et a commencé à sauver des animaux. « Le premier chien que j’ai nourri, Bireza, était si affectueux que j’ai voulu l’emmener chez moi », se souvient la bénévole.

L’année dernière, Victoria est retournée dans la région de Donetsk et a acheté une maison à Bakhmut. « A cette époque, j’en avais 16, je les ramassais ici et là et essayais de retrouver leurs propriétaires, mais c’était difficile, alors je devais les garder », raconte Victoria.

Dans la nouvelle maison, elle a adopté six autres chats dans sa famille déjà nombreuse. Mais moins d’un an plus tard, la guerre la rattrape à nouveau. « Nous avons des bombardements 24 heures sur 24. Ces terribles bruits de guerre font sursauter la maison. Quand il y a eu une explosion à côté de nous, tout le monde s’est caché, et les chiens avaient très peur et se sont accrochés à moi tout le temps », se souvient le sauveur des animaux.

Des volontaires l’ont aidée à s’échapper du bombardement avec près de trois douzaines d’animaux. Et puis toute la grande famille de Victoria a commencé à chercher une nouvelle maison pour elle-même. « Au début, ils nous ont proposé, puis: » Oh, tant de chats « , c’était la pire option, ils nous ont laissés entrer ici », montre la femme à la nouvelle maison.

C’était dans l’un des villages, à près de cent kilomètres de Kyiv. Dans la maison, héritée de connaissances lointaines, il n’y a ni gaz ni eau. Elle a eu la chance que des bénévoles donnent de la nourriture préparée pour les animaux, alors qu’elle se contente de nourriture simple. Victoria apprend à vivre dans de telles conditions et déclare qu’il n’y a pas d’autre moyen, car ces animaux sont sa famille.

Maintenant, Victoria cherche une maison qui l’abritera, elle et ses animaux, elle veut reprendre son travail d’avocate et rêve d’une fin rapide de la guerre et de rentrer chez elle. « J’aimerais que chaque personne adopte un chat de la rue, un chien de la rue ou d’un refuge. Si tout le monde prenait un pauvre SDF, il n’y aurait pas de problème d’animaux errants », est-elle convaincue.

Like this post? Please share to your friends: